Les sextoys, anti-érotiques ?

En tout temps et toute civilisation l’homme a inventé, construit et amélioré des outils pour son confort, pour son plaisir, pour sa sécurité, en vue de se faciliter la vie, d’accroître ses moyens naturels, d’embellir son environnement, d’orner et soigner son corps. C’est cela, la sophistication de l’outil, les sex-toys d’aujourd’hui retrouvent sans difficulté une histoire et des ancêtres dans une certaine catégorie de cette multitude d’objets créés.

 

Ce qui est vraiment nouveau, c’est la modification à la fois de la qualité et de la quantité de ces objets, qui ont fait irruption sur ce que l’on appelait pas auparavant un marché ; au lieu d’un jouet artisanal, unique, souvent de riches et belles matières, chargé d’une certaine signification, forcément peu répandu, porteur souvent d’un sens symbolique – assez proche du fétiche ou de l’enseigne – se constate de nos jours la production industrielle massive indifférenciée d’objets destinés à l’accroissement de l’excitation et de la jouissance sexuelle.

Cette fabrication sérielle, délocalisée par nécessité économique, est parfois faite avec des matériaux médiocres, sans design, sans brevets, sans sécurité, avec peu d’innovation technologique ; chaque pièce, qui ne vaut parfois que quelques centimes, est néanmoins proposée à des dizaines, voire des centaines d’euros à l’utilisateur final. Sans citer les « poppers », parfaitement risqués, qui accompagnent souvent ces ventes.

C’est une surenchère sans précédent dans la mercatilisation des « supports sexuels », comparable de près à lagodemiche antique surabondante production filmique pornographique. Par une ruse ultime, le passage furtif dans les sex-shops n’est plus nécessaire, ce qui a permis d’autres abords de l’achat et un autre type de médiation : les achats en ligne et les achats dans les boutiques féminines de luxe.

Quelle est la vraie signification de cet « ajout » dont nul ne pourrait se passer, à y croire, les personnes seules, les couples ? Qu’est-ce qui fait qu’un jouet, un morceau d’étoffe, un petit flacon, un produit en plastique, une panoplie, un jeu de société… soit nécessaire entre deux amants pour que monte de l’excitation et arrive la jouissance Pourquoi le partenaire n’est-il pas, n’est-il plus suffisant ? C’est là la question de fond qu’il convient de se poser.

A coté de quelques menus services rendus, par exemple par les boules intra-vaginales, qui font prendre conscience à la femme de son creux et renforcent la tonicité musculaire, par les bagues à glisser au bas du pénis érigé pour garantir une meilleure tenue de l’érection et ralentir la survenue de l’éjaculation rapide… quelle est la fonction réelle, l’utilité éprouvée de ces jouets sur le long terme, une fois la curiosité étanchée ? Encore faut-il, pour que ce partage soit sans ridicule et sans menace que le couple soit déjà rodé… Un homme est-il toujours heureux de trouver dans la table de nuit de sa compagne un godemiché, une femmes se réjouit-elle forcément de recevoir des menottes en cadeau érotique ?Qu’est-ce que chacun en comprend, en retient ?

C’est encore une fois l’histoire de l’enfant qui joue sous la table avec trois bobines, du carton et des ficelles, contraint par là à l’invention, à la parole, à la créativité, au rêve et qui donc s’amuse, s’exerce et apprend ; l’enfant à la chambre remplie de consoles, de peluches, de figurines, de jeux, d’écrans n’emploie rien de sa capacité à idéer, angoissé devant le choix, devant l’effort de comprendre, bientôt submergé et c’est là que le désintérêt et l’ennui naissent.

On peut convenir que se consumer pour et dans la chose érotique et entrer dans la ronde de la consommation mécanisée, standardisée et explicite de la génitalité ne se résument pas à une même chose. Je pense pour ma part que les hommes, -surtout-, sont singulièrement floués dans ce manège : a-t-on besoin d’en rajouter, vu leur malaise actuel devant des compagnes mutantes ?

Le leurre, par exemple, des réunions-ventes – qui se donnent pour objet la diffusion en groupe de ces sex-toys et de lingerie spécialisée – où les femmes bavardent, touchent, commentent, se confient sans retenue, réside à mes yeux dans l’évidente rupture du secret que chaque femme entretient avec son amant ; l’essence de l’érotisme résidant pour une large part dans le secret, le code de l’indicible, l’intime, ce type de réunions constitue pour l’érotisme une dangereuse effraction et une forme de trahison.

3 Commentaires

  • Avatar
    Robin des Bois Publié depuis 3 décembre 2007 12 h 07 min

    L’analogie avec les jouets des enfants est limpide. Nul besoin de cette sophistication pour stimuler leur imagination. Alors les sextoys ne sont-ils pas un révélateur de notre incapacité croissante à écouter notre énergie intérieure et celle de notre partenaire ?

  • Avatar
    Manon Publié depuis 10 décembre 2007 12 h 08 min

    Je suis surprise que cet article soit signé de la main d’une femme.
    N’est elle pas heureuse de constater qu’effectivemen t les femmes sont « des compagnes mutantes » qui enfin prennent conscience de leur plaisir, en tout cas s’y intéressent ? Que le sacro saint phallus soit désacralisé, pour le bien de la femme ET de l’homme ? J’avoue ne pas comprendre.
    Quand aux réunions dont elle parle, elle n’a pas dû y participer. Je l’encourage à le faire, car elle se rendrait compte que cela peut être un moyen pour certaines femmes d’aborder des sujets tabous, et ainsi trouver des réponses à des questions qu’elles n’auraient jamais osé poser ni à leur amant, ni à leur médecin…

  • Avatar
    Marie-Hélène Publié depuis 12 décembre 2007 12 h 13 min

    Silvana, les sextoys sont utilisés de façon à agrémenter les jeux érotiques au sein de la relation ou un « petit plus » lors de la masturbation, ils ne sont nullement, pour moi, un frein à l’imagination. Ils deviennent gênants lorsque leur utilisation exclue l’autre ou fait fi du consentement du ou de la partenaire.
    Pour les réunions à domicile, cela peut être amusant, mais y participent que les personnes qui le souhaitent. Implicitement la curiosité et le désir de connaitre des gadgets dont on parle de plus en plus, poussent les femmes à s’y interesser. Cela ne veut pas dire qu’elles vont adhérer inconditionnell ement à leur utilisation et qu’elles s’épancheront sur leurs expériences….
    Ce qui est indéniable, est que cet article met en garde contre les objets de qualité médiocre ainsi que le risque de survenue de failles au sein du couple si ces joujous deviennent l’unique source de jouissance. Pour cela merci.

Ajouter un commentaire

Votre email ne sera pas publiée. Ajoutez les champs qui sont marqués par *