Le polyamour ou multiplier pour mieux aimer

Il ne s’agit pas d’une multiplication des partenaires sexuels mais bien d’amour ! C’est vivre autrement cet amour conjugal qui est soumis à l’exclusivité contrairement à l’amour fraternel, amical ou filial. L’amour se décline à différents degrés, sous différentes formes mais il s’additionne, il ne se soustrait ni se divise, il se multiplie !

Pourquoi en serait-il autrement dans les relations amoureuses ? Le don (et le fait d’accepter de recevoir en retour) enrichit individuellement et nourrit donc le partage avec d’autres amoureux, c’est une logique sans fin qui permet à l’être aimé d’être toujours surpris, nourrit par l’évolution personnelle de son complice…

D’autant qu’un partenaire ne peut pas être le seul garant du bien-être, de tous les besoins affectifs, sociaux….de l’autre. La plus grande preuve réside dans l’hypocrisie d’une société qui met en exercupidongue la monogamie alors que le nombre de divorces est de 2/3 et que dans ce genre de contrat officiel, la fidélité est presque une utopie…

Face à cette vision bien pensante du couple, l’un et l’autre ressentent souvent le besoin de se « contrôler » mutuellement, afin de se remplir de l’autre, de ce qu’il leur manque mais c’est souvent la déception qui prend le dessus après quelques mois de relations, car on a idéalisé, on a trop rêvé l’autre et on ne le voit plus « capable » de nous satisfaire. Mais un seul individu ne peut pas en combler un autre entièrement…

L’autre n’est pas notre propriété sinon il perd son unicité et sa liberté. Ne pas avoir envie de posséder l’autre et communiquer sont les meilleures clés pour partager, l’échange sera d’autant plus grand que l’on autorisera l’autre à s’épanouir de manière individuelle. Ne serait-ce pas ça l’amour inconditionnel ? Voir l’autre grandir, être comblé ?

Cela peut tout de même impliquer des limites, il ne s’agit pas de tout accepter par amour mais d’élargir le contrat initial, non pas en partant du principe qu’il s’agit d’infidélité mais bien du fait qu’il s’agit, au contraire, de s’ouvrir aux envies de l’autre, sans trahison ou mensonge.L’émulation érotique, intellectuelle… permet de s’accomplir.

Tout le problème réside finalement dans la capacité à dépasser la jalousie qui ne reflète pas une preuve d’amour, juste un manque de confiance en soi qui gangrène la relation petit à petit, qui étouffe, qui prive mais qui ne sublime certainement pas le couple. Surmonter cette émotion, c’est offrir à l’autre et se donner à soi la possibilité de mettre en place une autre conception de la fidélité qui prend en compte ce désir de séduire et d’être séduit, d’aimer et d’être aimer… tout en gardant cette idée d’engagement, d’amour vis-à-vis de chacun(e) d’entre eux.

4 Commentaires

  • Avatar
    Mich Publié depuis 12 juillet 2008 23 h 27 min

    Je viens de lire cet article sur le polyamour… ce n’était pas nouveau pour moi comme concept, mais combiné à d’autres facteurs synchrones, cela m’a aidé à me sentir plus prêt pour pouvoir offrir cette liberté à quelqu’un de spécial. Enfin si c’est « écologique » pour tout le monde… hmmmmmmmm…(ré flexion) pas facile de dépasser ce type de programmation là… Dégâts émotionnels cachés à redouter… hmmm…(re-réfl exion !) avec les couples « normaux » aussi de toutes façons…

    un grand merci à Milene Leroy donc 🙂

  • Avatar
    XTD Publié depuis 22 octobre 2008 23 h 28 min

    Bonsoir… je découvre votre site… /- par hasard… je suis content de lire, de découvrir que je ne suis pas « anormal »… En effet, après 13 ans de vie commune et 2 enfants en bas age, je me pose des questions sur notre couple, au niveau de la relation sexuelle. J’aime ma femme, elle aussi. Elle me dit qu’elle est totalement comblée sexuellement. Ca a pris longtemps pour qu’elle se « lâche » (c’est un grand mot, mais enfin…)… Le soucis est que maintenant, je suis « blasé » de notre sexualité (basique)… ça commence à ne plus m’exciter, car je la connais par coeur. Mon épouse m’aime bcp, et n’a besoin de personne d’autre. Lorsque j’aborde le sujet (à la rigolade) d’une autre personne éventuelle pour « changer, nous exciter, mettre du piment… » dans notre relation sexuelle (uniquement), je me bute très vite à un non catégorique… C’est dommage, ça fait un petit temps que notre relation se dégrade, tout doucement, car… manque d’excitation… je suis un peu perdu… des copains me disent de me lâcher et d’aller voir ailleurs sans lui dire (comme 75% des hommes…), mais je ne peux lui mentir car je l’aime. Sais plus quoi faire…. Pas facile… Ce serait malheureux de foutre notre couple en l’air pour le sexe, alors qu’on a vécu presque la moitié de nos vies ensemble… Qu’en pensez-vous ? A

  • Avatar
    Milene Leroy Publié depuis 23 octobre 2008 23 h 29 min

    Bonjour xtd,

    Les troubles du désir sont souvent abordés en sexologie. Il n’est pas rare qu’un des deux partenaires n’ait pas les mêmes envies et que cela pose, à terme, des conflits relationnels.

    Le mieux est de consulter sans attendre que cela ne prenne trop d’ampleur car il n’y a pas de « recette miracle », chaque personne et chaque couple a son histoire. Il est essentiel d’analyser plus longuement la vôtre afin de vous conseiller de manière professionnelle . N’hésitez pas à me contacter.

    Au plaisir de vous lire,

  • Avatar
    recalde Publié depuis 5 octobre 2016 8 h 41 min

    Connaissez-vous le tantrisme, (deux êtres entiers face à face sagesse du corps, don de soi-même à travers une ambiance créée des regards profonds où l’ame agit par magie) des objets insolites (comme l’oeuf de jade et autres sex toys), amener du sacré sans oublier la légèreté, s’amuser avec sa partenaire (elle aussi peut être meneuse). Ne pas tout le temps chercher la jouissance physique par la respiration, l’ambiance une autre extase plus puissante vient nous envahir dans l’unité.Oui vive le tantrisme!!!

Ajouter un commentaire

Votre email ne sera pas publiée. Ajoutez les champs qui sont marqués par *