Le périnée au féminin

perinee-femininIl est un ensemble de muscles partant du pubis à la base de la colonne vertébrale (le coccyx). Plus précisément, il s’agit de la région située entre l’anus et les organes génitaux externes.

Lors de la contraction du périnée, la partie postérieure se rapproche de la partie antérieure et quelque soit son rôle, c’est notre mentalisation de ce muscle qui change, pas sa manière de fonctionner.

En effet, le périnée a 4 fonctions : la retenue de la miction (urine), la retenue des matières fécales et des gazs, la retenue et le soutien tel un « hamac » de tous les organes au niveau du bassin : la vessie, l’utérus et le rectum et le don de la tonicité et de la mobilité au vagin lors du rapport sexuel.

Pour ce qui est du bien-être au niveau vaginal, le but est de ressentir les récepteurs sensitifs profonds. Savoir contracter et relâcher le périnée, c’est savoir donner du mouvement à celui que l’on nomme « muscle de l’amour ». Réussir à contracter son vagin (ses parois latérales se resserrent) entraîne donc une augmentation du plaisir chez la femme (ce qui lui permet de devenir plus orgastique) et son partenaire (il ressent plus de sensations en sentant le vagin se contracter autour de son pénis).

Diverses causes peuvent être liées à la distension du périnée :

– Une grossesse, un accouchement par voie basse, un bébé d’un poids et/ou ayant un périmètre crânien assez conséquent(s), l’emploi de forceps, l’expression abdominale (pression sur le haut du ventre de la maman dans le but de raccourcir la deuxième phase de l’accouchement). Selon les femmes et les facteurs de risque liés à l’accouchement, ce muscle va plus ou moins bien retrouver ses réflexes volontaires (les contractions amenant plus de sensations lors du coït) et involontaires (se protéger de l’incontinence par exemple).

– La ménopause, qui modifie le taux hormonal (nette diminution des oestrogènes) et fait perdre de la tonicité à l’urètre qui a pour conséquence la fréquence de l’incontinence urinaire.

Il est donc important de muscler ou de ré-éduquer son périnée car du confort au plaisir, il est très utile !

La plupart des femmes ont des prescriptions de rééducation périnéale après une grossesse. Les techniques qui sont actuellement le plus utilisées sont l’électro-stimulation (introduction dans le vagin d’une sonde émettant des impulsions électriques provoquant la stimulation et donc la contraction des muscles périnéaux) et le biofeedback (il s’agit de la même sonde mais équipée d’un capteur de pression qui permet l’enregistrement des contractions volontaires de la patiente).

Au cours d’une sexothérapie, des exercices peuvent être proposés afin que les femmes prennent conscience de leur périnée dont elle ignorent même parfois l’existence.

2 Commentaires

  • Avatar
    gwadaminica Publié depuis 18 mars 2012 15 h 51 min

    Je trouve cette définition abordable pour nous novice. J’en entendais parler autour de moi par des femmes ayant eu leur 1er enfant et c’est vrai que je croyais qu’il ne fallait s’y interésser qu’à ce moment là. Suivi pour une FIV, je me demandais si en musclant le périnéé si cela n’augmentais pas les chances que ovocites fécondées restent accrochées. Je suis à ma deuxième FIV ( 3 tranferts, donc 5 tentatives en tout…) et je prie que celle-la fonctionne…me rci de votre réponse et merci pour ces explications, maintenant je sais où se trouve mon périnée 😉

  • Avatar
    Milene Leroy Publié depuis 23 mars 2012 15 h 08 min

    Gwadaminica,

    Merci pour cet agréable message. Je vous souhaite que votre envie se réalise mais même si le périnée a des fonctions utiles dans la sexualité, il ne permet pas de favoriser l’attachement de vos ovocytes.
    Bon courage et bonne chance à vous !

Ajouter un commentaire

Votre email ne sera pas publiée. Ajoutez les champs qui sont marqués par *