Parlons peu mais parlons Q !

Parlons peu mais parlons Q ! Qu’est ce qui vous intéresse vraiment ? De savoir ce qu’est la sexo ? Pour un premier billet dans cette rubrique, ça aurait pu être  logique que je vous explique scientifiquement ou culturellement ou les deux à la fois ce qu’il en est de cette discipline. Mais entre la logique, ce que je veux et ce que vous voulez réellement savoir… enfin vous connaissez la chanson… Je me dis que le plus simple, c’est que vous alliez zyeuter cette info sur mon site, -que je vous recommande chaudement- si, si, vous irez ! C’est dans la rubrique « Qui suis-je ? ». Question : « C’est quoi un sexologue ? » et en bonus (et si vous avez le temps parce que l’envie je n’en doute même pas), « C’est quoi un conseiller-médiateur en genres et sexualités », une autre de mes fonctions.

Revenons à vous !

J’imagine que comme tout à chacun, vous pensez, -là tout de suite-, à la problématique qui est la vôtre, à LA grande question qui vous turlupine depuis au moins… depuis votre dernier rapport sexuel… Depuis ce quart de seconde où vous avez vu bailler ou grimacer votre ami(e) au moment où vous avez relevé la tête d’entre ses cuisses… ou je me fais tout un film et vous êtes tout simplement curieux… C’est moins drôle… Ben oui, parce que sans vos questionnements, vos petits loupés (toujours constructifs car il faut aussi savoir rire de ses expériences), j’aurai besoin de vous à l’avenir pour écrire. Je ne suis pas devineresse (féminin de devin, ça fait un peu princesse, j’aime beaucoup !) et même si je suis passionnée et ravie à l’idée de vous permettre d’érotiser vos corps et vos relations, il me faut une interaction ! Sinon aucun bonus pour vous, vous ne me lirez plus et je ne serai jamais célèbre…

Vous l’aurez compris, ce mois-ci, ne lisez pas ce billet pour espérer attirer l’attention de votre bien-aimé(e) et pouvoir (enfin !) parler de sexe ensemble sur un sujet spécifique (on verra plus tard comment ne pas passer 30 minutes à chercher le clitoris de votre femme). J’espère juste vous donner le goût, -dans l’idée d’une approche globale et détendue de la sexologie-, de vous amener à penser « sexualité » en dédramatisant la/les situations quotidiennes. C’est dans la légèreté de ton avec l’autre, dans la spontanéité de ses actes que l’on trouve son épanouissement individuel et de couple.

Posez-vous cette simple question :

De quoi avez-vous envie, besoin pour vous épanouir sexuellement ? Avant de penser « anormalité » « statistiques » ou « comparaisons », regarder votre corps, caressez le, prenez-en soin, découvrez le, seul(e) ou à deux ou trois ou…  Ecoutez ce qui vous appartient. Et gardez en tête vos couacs qu’on en discute. De nombreuses peines sont liées aux croyances, aux idées reçues, aux diktats qu’on nous martèle depuis que l’on a été biologiquement déclaré(e) « fille » ou « garçon ».

La sexualité peut-être complexe mais elle ne doit pas être compliquée !

Le site de Chronique !

Ajouter un commentaire

Votre email ne sera pas publiée. Ajoutez les champs qui sont marqués par *