Union n°240 : La transexualité

Interview réalisée par Pierre Des Esseintes :

 » Et si l’on aime les hommes, pourquoi jetterait-on son dévolu sur des créatures ultraféminines qui n’ont plus de masculin que leur membres et leurs papiers d’identité

A l’inverse, si l’on aime les femmes, en quoi le fait qu’elles aient un sexe d’homme leur attribue-t-il un surplus de séduction ? En effet, si l’on ne se considère pas comme homosexuel, il paraît logique de désirer les transsexuelles opérées.

Oui, mais alors, pourquoi ne pas préférer les femmes « biologiques ?

Faut-il alors considérer que les hommes attirés par le « troisième sexe » sont bisexuels ?

 

Pour Milene Leroy, sexologue et auteure d’un mémoire sur « La construction identitaire des militants queers« , un homme hétéro attiré par une transsexuelle recherche avant tout la féminité : Il ne faut pas confondre orientation et identité. La bisexualité est une orientation qui ne se définit pas par un choix, mais par une attirance pour des personnes des deux sexes. Les transsexuel(le)s, qu’ils/qu’elles soient ou non opéré(e)s, ne veulent pas forcément devenir homme ou femme mais avoir une identité de genre qui correspond à leur sexe psychologique. Le/la transsexuel(le) est une personne qui a voulu acquérir l’identité correspondant à sa manière de se penser, de se percevoir… Elle peut être hétéro ou homo ou bi, peu importe. La transsexualité, elle, n’est pas une orientation sexuelle, mais bien une identité de genre. Il ne s’agit donc pas de bisexualité. »

Ajouter un commentaire

Votre email ne sera pas publiée. Ajoutez les champs qui sont marqués par *