L’estime de soi

L’estime de soi est un concept psychologique qui renvoie au jugement global positif ou négatif qu’une personne a d’elle-même. Ce regard-jugement que l’on porte sur soi est vital à notre équilibre psychique. Lorsqu’il est positif, il est relatif au bien-être, à la capacité qu’a un individu à affronter les difficultés du quotidien. Quand il est négatif, il engendre diverses souffrances venant perturber votre harmonie.

Les composantes de l’estime de soi sont le sentiment de confiance, la connaissance de soi, le sentiment d’appartenance et le sentiment de compétence. Si l’estime est inconsolidée, un individu n’est pas, pour autant, condamné à conserver ce ressenti tout au long de sa vie.

Mais alors comment développer et préserver une estime de soi à l’âge adulte ?

 

L’objectif en thérapie est de comprendre ce qui est important pour soi. De reconnaître ce que l’on n’a pas reçu pour apprendre à faire autrement. Le but est d’établir et de poursuivre des visées réalistes pour en tirer une satisfaction appropriée. Les lignes directrices sont : Avoir un regard réaliste sur soi et sur les autres, une sérénité affective et une capacité à s’apaiser afin de faire face aux aléas de la vie.

Attention au perfectionnisme ! Qui détermine le critère de la perfection ? Nous ne pouvons pas tout contrôler. Il est préférable d’avoir une vision juste de soi, d’avoir conscience de ses forces et de ses limites pour vivre dignement, sans se comparer.

Une bonne estime de soi se fortifie aussi dans une meilleure interaction avec les autres. Le respect est une condition de départ. Un interlocuteur valable est un interlocuteur respectueux. Pour mieux être écouté(e) et entendu(e) : n’acceptez pas un commentaire que vous ne comprenez pas, demandez sa clarification. Ne présumez pas de l’intentionnalité d’une personne, donnez une chance au dialogue sans préjugé. Laissez à l’autre la responsabilité de ses dires ou faits.

L’amour, la confiance et la vision de soi sont les 3 piliers de l’estime de soi :

 

L’amour de soi, c’est s’aimer malgré les échecs et les revers. Cet amour de soi « inconditionnel » ne dépend pas de vos performances. Il n’empêche ni la souffrance ni le doute en cas de difficultés mais il vous permet de vous reconstruire après une période difficile.

Il dépend en grande partie de l’amour que votre famille vous a prodigué, enfant. Les carences d’estime de soi à ce moment précis de la vie sont d’ailleurs les plus dures à apaisées.

Positive, la vision de soi est une force intérieure. Limitée, celle-ci peut pousser le sujet à la dépendance d’autrui : l’individu peut établir des relations agréables avec les autres mais il se limite au rôle de suiveur. Le véritable obstacle concernant surtout la construction individuelle de projets personnels.

La confiance en soi s’applique surtout à vos actes. Etre confiant, c’est penser que vous êtes capable d’agir de manière adéquate. Elle est une conséquence de l’estime de soi mais c’est bien la confiance qui permet de maintenir ou de développer les actes au quotidien.

L’estime de soi est une dimension mobile de notre personnalité. Plus ou moins haute, plus ou moins stable, elle a besoin d’être régulièrement nourrie.

1 Commentaire

  • Avatar
    google adwords Publié depuis 26 octobre 2014 20 h 08 min

    Great post.

Ajouter un commentaire

Votre email ne sera pas publiée. Ajoutez les champs qui sont marqués par *