Les parents toxiques

Il n’est pas obligatoire d’aimer ses parents. Pourtant, les enfants maltraités ont tendance à les protéger, à minimiser l’impact des agressions dont ils sont victimes. L’image idéalisée, le pardon inconditionnel sont récurrents sous le simple prétexte que leurs parents sont leurs géniteurs. Dévalorisations, menaces, coups, chantage affectif, mépris, enfermements, privations, humiliations, insultes… Il est évident que tous les parents n’aiment pas leurs enfants. Mais cette maltraitance visible est parfois moins toxique que celle qui s’exerce de manière insidieuse. Les parents sournois sont les dominateurs, les méprisants, les manipulateurs, les démissionnaires…

La toxicité d’un parent n’est parfois pas décelée ou reconnue par l’enfant devenu adulte et c’est au quotidien qu’ils répètent certains comportements avec leur entourage et qui les vouent à l’échec relationnel et sentimental. Ils ne font pas le lien direct avec leur enfance car leurs agissements sont différents, pourtant ils se nourrissent de leur vécu.

Le premier pas vers le mieux-être est d’oser reconnaître que cette facette de personnalitédes parents n’étaient pas qu’occasionnelle. Cela est douloureux pour l’enfant car il met à mal les croyances qui veulent que les parents fassent tous, sans exception, ce qu’ils peuvent. C’est faux. Certains n’ont pas voulu être d’autres parents que ceux qui délaissent, qui violent, qui brisent. La constance négative de leurs paroles dénigrantes et leurs gestes destructeurs amènent à des dommages importants dont seuls les enfants vont pouvoir se débarrasser, avec le temps et la prise de conscience de cette brutalité réelle.

L’objectif en thérapie n’est pas le procès des parents mais d’aider le patient à mieux comprendre pourquoi les maltraitances dont il a souffert petit opèrent encore, parfois même après le décès de ceux-ci. Le but du thérapeute est d’accompagner sur le chemin de la libération.

Reconnaître qu’il n’y a pas d’interdit autour du désamour parental apaise. Le désarroi persiste tant que l’idée reçue de l’enfant est le respect et l’amour inconditionnel dus à ses parents. Il n’est pas nécessaire de continuer à les excuser, d’espérer qu’ils puissent s’apercevoir du mal qu’ils ont commis, d’attendre de l’amour, de la reconnaissance, d’être compris dans sa souffrance. Si c’est le cas, c’est que l’enfant blessé conserve inconsciemment ce malaise voire cette souffrance.
 Vos parents ne détiennent pas la clé de votre épanouissement. Vous êtes responsable de votre bien-être.

1 Commentaire

  • Avatar
    Lili Publié depuis 16 décembre 2015 22 h 02 min

    🙂 Merci !

Ajouter un commentaire

Votre email ne sera pas publiée. Ajoutez les champs qui sont marqués par *