Les codes de la lingerie

Ces quelques centimètres carrés de tissus sont un reflet unique de votre personnalité. Confiance. Expérience. Relation au corps et à la sexualité. La lingerie est un baromètre qui peut indiquer quelle est l’image et l’identité d’une femme. Les dessous parlent aussi de votre relation à la féminité et à la maternité. Ils symbolisent également des périodes spécifiques : la grossesse, les règles, la perte ou la prise de poids. D’affriolants à gainants, ils se fondent sur le corps au rythme de vos évolutions physiques et psychiques.

Souvent femme varie…

Les femmes aiment jouer de ces codes visuels dans un cadre de séduction mais il est évident qu’elles se servent aussi parfois de la lingerie pour exprimer un désir sexuel. Quand elles vivent une réelle dichotomie avec l’étoffe, le message est clair : les sous-vêtements fonctionnels pour le côté pratique, les froufrous sexy pour l’approche intime. Dans ce cas, cette séparation marque une forme de contrôle du quotidien. Une manière d’informer son partenaire sans verbaliser les faits.

Mais tout comme l’épilation, attention aux amalgames ! Une autre catégorie de femmes peut porter des sous-vêtements sexy sans avoir une attente érotique insoutenable. Elle peut avoir envie de se montrer sexuellement fonctionnelle, coquette ou encore se plaire alors qu’elle est abstinente et ce sont des arguments suffisants sans qu’il n’y ait besoin de remarques sexistes à son égard !

A l’inverse, pour certaines, porter une lingerie classique ne signifie pas qu’elle ne soit pas assertive et que sa libido soit désertique.

Invariablement, tout dépend de la projection de chacun mais aussi de l’état d’esprit dans lequel elle se trouve. Selon le goût, le désir, la disponibilité, le narcissisme et tant d’autres pans de sa personnalité, la lingerie peut avoir de larges significations.

Le regard des hommes… et des femmes

L’idée des hommes et des femmes n’est pas la même en ce qui concerne la lingerie féminine. Pour elles, le confort reste essentiel là où ces inconvénients ne sont évoqués qu’après l’image du fantasme pour les hommes. Ils se basent majoritairement sur la séduction qu’elle impliquerait. Pourtant, l’évolution de ces dernières années dénote du fait que les femmes sont plus enclines à se faire plaisir avant tout (tant dans la recherche de bien-être que de style). Elles assument leur potentiel en écartant de plus en plus cette croyance associée à la femme-objet.

Des études récentes ont même montré que les femmes vivent plus aisément l’association corps-textile en ne jouant plus uniquement sur de la lingerie ultra hot mais surtout sur ce qu’elles émanent et sur ce qui leur apporte un accord entre aisance et glamour. Les ensembles 2 pièces plus habituels ont donc la côte dans leur perception du chic et du choc là où auparavant, les corsets, guêpières et autres jarretelles devaient être visibles pour honorer le titre de femme fatale.

Il en est de même pour les couleurs. Le noir reste l’incontournable tant au quotidien que pour le flirt mais la distinction est nette pour les femmes qui apprécient le crème ou chair là où les hommes raffolent généralement du rouge.

La symbolique des couleurs

La mode ouvre ses portes à plus de liberté corporelle dans la lingerie féminine. Ce qui accrédite le fait que les femmes optent de plus en plus pour la séduction discrète et classe. Elles optent rarement pour le blanc ou la dentelle qui n’allie pas leurs attentes actuelles de commode sensualité.

Les couleurs deviennent alors des sources d’informations (toujours à décoder plus subtilement en fonction de chaque femme).

– Le neutre ou chair sous-entenderait le naturel et la simplicité.
– Le blanc maintiendrait l’idée d’une pureté et d’une candeur.
– Le rose annoncerait une pointe de romantisme et de délicatesse.
– Le chaud (rouge, orange, jaune) traduirait globalement la vitalité, l’animalité ou encore l’excitation sexuelle.
– Le noir démontrerait l’indépendance et la sensualité assumée.

Ajouter un commentaire

Votre email ne sera pas publiée. Ajoutez les champs qui sont marqués par *