L’angoisse de la performance sexuelle chez les hommes

 

L’angoisse de la performance est très fréquente, notamment chez les plus jeunes et les hommes. Les hommes se posent souvent cette question sur la norme : est-ce que je fais l’amour assez longtemps, assez fréquemment, est-ce que je procure assez de plaisir à ma partenaire ? Mais toutes ces interrogations sont des idées préconçues. Il n’y a pas de normalité ! Pourtant les conquêtes et pratiques à base de plus, plus, toujours plus… sont dans de nombreux esprits…

L’exploit s’est immiscé dans notre intimité, il ne s’agit plus seulement de réussir professionnellement, il faut aussi devenir une « bête de sexe » ! La performance est devenue un but en soi !Mais l’homme qui agit selon ce dépassement personnel devient plus spectateur qu’acteur, il se regarde évoluer dans la démence du tableau de chasse ou de la performance technique. Il se polarise essentiellement sur le contrôle de ses propres sensations, sur la manière dont il va être jugé par ces dames. La sexualité devient une compétition au même titre que l’activité sportive.

La performance est le rêve de beaucoup trop d’hommes !… Mais elle n’existe qu’à travers les statistiques et les moyennes qui annihilent les différences. Ne perdez pas confiance Robin ! Le culte de la performance ne correspond ni à la réalité ni à ce que recherchent les femmes…

Afin de partager et non pas uniquement de démontrer… il faut oublier les termes de performance et de technique afin d’adopter ceux de la mouvance et de l’échange. Les prouesses n’ont pas leurs places dans une osmose charnelle. Prenez votre temps, savourez les préliminaires, soyez spontané. Ressentez, écouter votre corps et celui de votre partenaire, câliner là, caressez-là et réitérer cette chaleur après votre jouissance réciproque.

Le but n’est pas de réussir un exploit physique mais d’être en accord avec vous-même et d’être adoré par votre belle. Ce qu’elle aime, c’est que vous puissiez aussi jouir de qu’elle a à vous offrir, de sa sensualité, de sa légèreté, de sa douceur…Mieux vaut faire l’amour moins souvenhomme angoisset mais que ce soit empli de grâce…Sachez en discuter, aborder vos peurs afin de découvrir ce que votre complice attend réellement de vous… peu de risque que ce soit des galipettes strictes…

Je peux comprendre que la prise de parole des femmes qui dévoile leurs exploits sexuels puisse bouleverser tous les amants… Ayant plus d’expériences, elles peuvent être à même de comparer, d’évoquer leurs (in)satisfactions. Elles aussi évaluent leurs conquêtes et peuvent devenir des consommatrices exigeantes… dans une pure recherche du plaisir, d’un coït bref et intense, nouvelle donne pouvant aussi faire peur aux hommes… et leur donner l’impression de ne plus être « à la hauteur ». Mais positivez, c’est qu’elles estiment que l’intimité en vaut la peine !

Ne vous dévalorisez pas, votre propre perception et vos propres désirs seront peut-être les plus simples mais ils seront surtout les plus à même de vous procurer du plaisir. D’autant que la peur de décevoir risque même, à terme, de vous empêcher de faire l’amour, c’est le meilleur moyen pour risquer de perdre une érection !

Ainsi, vos performances sexuelles seront « au top » si elles sont liées aux jeux et aux caresses que vous donnez à votre partenaire ainsi qu’à la maîtrise de votre excitation plutôt qu’à l’originalité et à la durée de votre gymnastique en duo ! Les vraies performances sont celle de l’unicité d’un couple à travers la mise en exergue de tous vos sens…

2 Commentaires

  • Avatar
    Grosmatou Publié depuis 3 mars 2008 22 h 23 min

    En fait, je pense que la communication est au centre de tout : vie sexuelle comme affective.
    Ne pas se dévaloriser est une chose mais il faut admettre que certaines conformités sont essentielles : j’ai une petite verge et celles qui veulent se sentir « remplies » et recherchent des caresses du col sont déçues : il vaut mieux qu’elles expriment leur désir : positions voulues. Et si rien ne va, se quitter plutot que de bâtir une relation sur un malentendu.
    D’accord: dautres caresses (manuelles, bucales) et des appuis de la verge plus près de l’ouverture du vagin sont possibles mais mes expériences m’ont prouvé que dans certains cas ça se passe mal…
    Qu’en pense une sexologue ?
    Bon d’accord : 59 ans et une vie recommencée il y a peu… Donc pas amoureux pas de Pb d’accord physique à tout prix, ce qui fait votre gagne-pain…
    Une question pour rien…

  • Avatar
    Milene Leroy Publié depuis 4 mars 2008 22 h 25 min

    Bonjour Grosmatou !

    Je suis d’accord avec vous, la communication est essentielle pour la vie sexuelle et affective (là, l’article était basé uniquement sur le pan sexuel qui n’est pas forcément lié à l’amour).

    Mon objectif, en tant que sexologue, n’est pas l’accord physique à tout prix… mais le mieux-êtr e ! Le plaisir du partage, de se (re)trouver peut être tout aussi voire plus important que la résolution d’une dysfonction… Si vous avait su allier ce que vous considérer comme un problème (la taille de votre verge) à un équilibre sentimental et/ou sexuel, c’est parfait ! J’accompagne les personnes en fonction de leur propre(s) objectif(s) et je trouve très bien le fait que vous ayez pu affronter et gérer vos difficultés vis-à-vi s d’une attente féminine qui ne vous correspond pas ou ne vous correspondrez pas à terme.

    Petite précision : Quand je parle de cette envie d’être « remplie », je ne dis pas que la longueur et/ou la largeur de la verge a une importance dans ce ressenti, il s’agit d’une manière de pénétrer la femme qui donne cette impression d’être « envahie ».

    Au plaisir de vous lire,

Ajouter un commentaire

Votre email ne sera pas publiée. Ajoutez les champs qui sont marqués par *